Attention danger ! Blog redoutable...
Plus de 1500 articles sur l'Inde et son cinéma, plus de 350 films notés et annotés, quelque 300 chansons commentées, plus de 1200 références classées, des extraits d’émissions indiennes, un jeu aux trophées vintage...
Vous allez devenir addicts. Vous êtes prévenus !

jeudi 25 juin 2009

Héroïnes du cinéma hindi : les années 50

Les années qui suivirent l'indépendance furent marquées par un immense espoir et un grand bouillonnement intellectuel. Le cinéma aussi fut touché par ce mouvement qui se concrétisa par ce qu'on appelle l’âge d’or du cinéma indien. Les années 1950 virent fleurir les actrices qui laissèrent une empreinte indélébile dans le cœur des Indiens.


Nargis (1929-1981)
Sa vie professionnelle commença en 1943 avec Taqdeer, et prit son envol avec Andaz de Mehboob Khan en 1949, où elle partageait l’affiche avec Dilip Kumar et Raj Kapoor.
C’est surtout sa collaboration de quelques années avec Raj Kapoor qui fit d’elle l'une des stars les plus aimées du public indien. Parmi les 16 films qu'elle a tournés avec lui, on peut citer Shree 420 et Awaara qui sont restés des classiques du noir et blanc des années 1950.
Après avoir quitté les R.K. Films et Raj Kapoor, elle tourna le film qui fit d’elle l’actrice symbolique indienne, Mother India, où elle interprète une paysanne qui se bat pour sa survie depuis son mariage jusqu’à un âge très avancé.
Après son mariage avec Sunil Dutt en 1958, elle arrêta de jouer (enceinte de son fils Sanjay), revint dans les années 1960 puis arrêta définitivement le cinéma pour se consacrer à ses trois enfants, à ses associations caritatives et à son poste de député.

Madhubala (1933-1969)
Madhubala commença sa carrière dès l’âge de 8 ans, et joua des rôles d’enfants pendant 5 ans environ. Sa carrière de jeune adulte débuta dès 1947 face à Raj Kapoor dans Neelkamal, puis elle devint rapidement une star en 1949 grâce à Mahal de Kamal Amrohi.
Aussi douée dans les comédies (Chalti Ka Naam Gadi face à Kishore Kumar, qu’elle épousera plus tard) que dans le drame comme le célèbre Mughal-E-Azam, elle tourna de nombreux hits où elle apporta sa candeur et son air innocent qui firent battre bien des cœurs, dont celui de Dilip Kumar. Sa brillante carrière fut interrompue par une mort prématurée due à une maladie cardiaque.

Meena Kumari (1932-1972)
Elle commença au cinéma à l’âge de 6 ans sous le nom de Baby Meena pour sortir sa famille de ses difficultés financières. C’est en 1952 qu’elle devint Meena Kumari lorsqu’elle tourna Baiju Bawra qui lui rapporta le Filmfare de la meilleure actrice. Passant des films mythologiques de Homi Wadia aux comédies légères, elle laissa dans l’esprit du public l'image de la femme qui souffre. Elle était en effet une excellente tragédienne et jouait de sa voix pour transmettre les émotions. Mariée à Kamal Amrohi, elle tourna pour lui dans Pakeezah, son chant du cygne. Malgré tous les prix reçus, elle sombra dans l’alcoolisme et mourut encore jeune. Elle avait écrit de nombreux poèmes en urdu qui furent édités par le poète-réalisateur-parolier Gulzar.

Vijayanthimala (1936)
C’est à l’âge de 15 ans que Vijayanthimala signa son premier film au Tamil Nadu, puisqu’elle est originaire de Madras (Chennai). Ce film à succès fut retourné en hindi sous le nom de Bahaar et connut un grand succès à Bombay, en particulier grâce à ses talents de danseuse de bharata natyam.
Puis vint une nouvelle version de Devdas par Bimal Roy en 1955 où Vijayanthimala joua la prostituée Chandramukhi, ce qui lui valut une récompense pour meilleur second rôle. Naya Daur avec Dilip Kumar continua de la propulser vers le succès, Madhumati, également.
Elle récolta de nombreux Filmfare, et se retira du cinéma en 1967 après Jewel Thief.
Mariée au médecin de Raj Kapoor dans les années 1960, elle est maintenant veuve et vit toujours à Chennai avec son fils, toujours active ; nous l'avons vue danser sur scène il y a 3 ans au festival de Chennai.

Waheeda Rehman (1936)
Remarquée par Guru Dutt à Hyderabad (Andra Pradesh) dans un film en telugu, elle tourna à Bombay son premier film en hindi - C.I.D., en 1956 avec Dev Anand. Son rôle n’était pas très long, le film eut du succès, sans doute grâce à Dev Anand. Ayant confiance en elle, Guru Dutt lui apporta la gloire sur un plateau d’argent avec Pyaasa, l’une de ses œuvres maîtresses, suivie de Kaagaz Ke Phool . Aujourd’hui ces deux films sont considérées comme des classiques mondiaux.
Après la mort de Guru Dutt, Waheeda Rehman continua sa carrière pour atteindre un nouveau sommet avec Guide de Vijay Anand.
Plus ou moins retirée de la profession depuis les années 1990, elle revient parfois pour jouer le rôle d’une grand-mère aimante, comme récemment dans Delhi 6 (2009).

3 commentaires:

Ihcéne a dit…

Malheureusement , le cinéma indien a perdu très tôt certaines de ces actrices

Ihcéne a dit…

J'ajouterais aussi , la magnifique NIMMI au sourire Gracieux

Sally-Francois a dit…

J'ai trouvé Nimmi un peu en dessous des autres, et comme je fais des choix...
Sally

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...