Attention danger ! Blog redoutable...
Plus de 1500 articles sur l'Inde et son cinéma, plus de 350 films notés et annotés, quelque 300 chansons commentées, plus de 1200 références classées, des extraits d’émissions indiennes, un jeu aux trophées vintage...
Vous allez devenir addicts. Vous êtes prévenus !

jeudi 14 octobre 2010

Veer-Zaara (2004) - 2/2


SECONDE PARTIE

Si vous avez raté la première partie, allez d'abord voir au 7 octobre.

*
*   *

Le lendemain, Saamiya est revenue me rendre visite avec des ladoo préparés par sa mère, aussi bons que ceux de Maati. C'est vrai, les mères sont partout les mêmes. Ça m'a redonné de l'appétit.


– Que s'est-il passé après votre séparation à la gare ? demanda Saamiya. 
– J'ai appris que le père de Zaara, Jehangir Hayaat Khan, un homme riche et très vénéré à Lahore, allait entrer en politique. Pour réussir dans ses projets, il avait conclu une alliance avec une autre personnalité de la ville, Abdul Shirazi, le père de Raza, fiancé de Zaara.... Elle savait tout et n'attendait rien de ce mariage arrangé à des fins politiques.
Elle s'est innocemment confiée à sa mère et lui a avoué qu'elle aimait un Indien qui donnerait sa vie pour elle. Imaginez la réaction d'une mère pakistanaise quand sa fille unique lui fait une telle révélation...


– Peu après, son père, alerté, lui a demandé de ne pas se compromettre pour garder intact l'honneur des deux familles. Elle a dû accepter, la santé de son père en dépendait. Mais en ce jour de réjouissances pour deux familles, elle ne pensait qu'à moi...


Chanson Mein Yahaan Hoon interprétée par Udit

*
*   *

– Puis, à la base militaire, j'ai reçu un coup de fil d'une dénommée Shabbo qui appellait depuis la maison des Hayaat Khan à Lahore : "Zaara va se marier, mais elle n'aime que vous. Venez vite ici et emmenez-la." Et puis elle m'a demandé combien j'aimais Zaara. Sur le coup, je n'ai pas pu répondre.
– Mais moi, je sais, dit Saamiya. Vous avez quitté votre poste et vous êtes parti au Pakistan sans savoir quelle serait l'issue de ce voyage, si vous arriveriez à temps et si Zaara accepterait de revenir avec vous... Moi, je sais combien vous aimez Zaara.


– Quand j'ai atteint le terminus des bus de Lahore, une jeune femme s'est discrètement dirigée vers moi et m'a fait signe de la suivre. C'était Shabbo, la servante des Hayaat Khan ; elle m'a emmené dans une pièce de sa maison où j'allais passer la nuit : le lendemain, Zaara, son futur époux et leurs familles allaient se recueillir sur un mausolée. C'est là que je pourrais la voir.
En ce jour de recueillement, quand elle m'a aperçu, elle s'est approchée de moi jusqu'à ce que nous soyons serrés l'un contre l'autre, ignorant les deux familles et son futur mari.

Qawwali Aaya Tere Dar Par interprété par Ahmed et Mohd. Hussain

*
*   *

– Elle ne savait pas que son attitude spontanée allait mettre la vie de son père en péril. Mais le mariage devait quand même avoir lieu pour que  le nom des Hayaat Khan ne soit pas associé à un Indien : le père de Zaara, souffrant, ne pourrait supporter cette honte.

Dans la chambre où j'étais retourné, je suffoquais, mais Shabbo m'a dissuadé de sortir car Raza était à ma recherche.
Quand on a frappé à la porte, Shabbo a ouvert et une femme est apparue puis s'est dirigée vers moi. Elle savait tout : "Mon nom est Mariam Hayaat Khan, je suis la mère de Zaara. Rendez-moi ma fille... Sinon, mon mari va mourir. Il paraît que vous avez sauvé la vie de Zaara... Aujourd'hui, je vous supplie de sauver celle de mon mari", m'implora-t-elle.


– Pris dans une tempête de sentiments, je l'ai rassurée : "Zaara restera à vous ; vous pensiez que j'allais l'emmener sans permission ? Même l'amour n'est pas plus important qu'une vie ; préparez le mariage, je parlerai à Zaara.
J'ai dû rencontrer Zaara très rapidement, et je lui ai demandé d'être une bonne épouse pour Raza. De mon côté, j'allais exaucer le vœu de Bauji en retournant au village pour l'aider. Zaara a accepté à regret, puis elle est partie en courant et en pleurant, prête à affronter son sort.


*
*   *

– J'étais déjà installé dans le bus qui allait me ramener en Inde, quand plusieurs policiers m'ont fait descendre, et je me suis retrouvé au poste, pour un interrogatoire. On voulait que j'avoue que mon véritable nom était Rajesh Rathore et que j'étais un espion indien... je devais aussi signer un papier pour l'attester.
Malgré la pression, j'ai refusé de signer ce mensonge, même quand ils ont brandi un faux passeport avec ma photo, au nom de Rajesh Rathore.


J'ai dit que j'étais en visite et que je repartais.
– Qui avez-vous visité ? m'ont-ils demandé.
Je n'ai pas voulu le dire... Juste à ce moment, la porte s'est ouverte, et Raza est entré.


– D'un petit geste de la main, il a fait sortir les policiers : "Vous pensiez que vous pouviez rencontrer ma future épouse devant tout le monde, et vous en tirer sans que je réagisse ?
Vous vous rendez compte que je vais passer ma vie avec une femme qui en aime un autre ?
Maintenant le bonheur de Zaara repose entre vos mains. Tant que vous serez muet entre les quatre murs d'une prison, la vie de Zaara sera plus belle que le paradis. Si vous parlez... sa vie deviendra un enfer.
Le nom de Veer Pratap Singh doit disparaître, alors signez ce papier, notre mariage va avoir lieu." Il est sorti sans rien ajouter.
– Et j'ai fini par signer, pour l'amour de Zaara, pendant qu'elle se mariait...

Qawwali Aaya Tere Dar Par (version 2) interprété par Ahmed et Mohd. Hussain

*
*   *

– Le bus qui devait me ramener en Inde est tombé dans un précipice et a pris feu avant même de passer la frontière. Mon nom figurait sur la liste des passagers, j'étais donc mort... et je suis devenu le n° 786.
– Dites-moi, pourquoi avez-vous accepté de me parler alors que vous vous êtes tu pendant si longtemps ?
– Parce que vous m'avez respecté en m'appelant par mon nom... et rendu mon honneur en ne doutant pas de mon innocence...
– Veer Pratap Singh, mon pays vous doit 22 ans de votre vie, dit Saamiya. Je vous jure que je vous ferai retrouver votre nom et votre pays, je vous le jure.


– Le procès va bientôt commencer, continua Saamiya. Il faut que vous repreniez un visage humain. C'est promis ? La partie adverse est menée par Zakir Ahmed, un homme très dur, avec qui j'ai déjà travaillé ; il ne va pas nous épargner, j'ai des idées différentes des siennes... et il n'a jamais perdu un procès.
– D'accord ! Je vais me préparer, et vous, n'oubliez pas ce que je vous ai dit : ne prononcez jamais le nom de Zaara, ni celui de sa famille. C'est notre accord.

*
*   *
Le jour du procès, j'étais prêt, et quand je suis entré dans la salle d'audience, j'ai lu l'étonnement et la satisfaction dans les yeux de Saamiya.


C'est Zakir Ahmed, qui représentait le ministère public. Selon lui, je n'étais qu'un espion, c'était aussi clair que l'eau qui jaillit d'une source. En une demi-heure et 3 témoins, il en aurait terminé avec moi, affirma-t-il.


Saamiya a répété qu'elle allait prouver que je n'étais pas Rajesh Rathore et qu'elle allait me rendre mon identité et mon honneur.
Les témoins de Zakir Ahmed ont fait de faux témoignages, mais Saamiya n'a pas réussi à percer l'armure du mensonge.
Le président de la cour a fixé l'audience suivante dans une semaine, pour que la défense puisse se préparer.

*
*   *

De retour dans ma cellule, je voyais Saamiya enragée :
– Il faut que je puisse dire le nom de Zaara...
– Non !
– Au moins une fois... Je vais amener Zaara ou un membre de sa famille...
– Non !


– Vous ne voyez pas que nous sommes en train de perdre ? Vous n'avez pas de temps. C'est une chance unique pour vous. Vous préférez mourir ici ?
– Aujourd'hui, Zaara doit être confortablement installée avec deux grands enfants, et vous voulez la présenter ici, où on va lui poser des questions sur notre relation ? J'ai sauvegardé son nom pendant 22 ans, rappelez-vous.
– Il me reste une seule solution : aller en Inde pour vous rendre votre identité, m'annonça-t-elle d'un ton décidé.
Alors, je lui ai offert l'amulette que la mère de Zaara m'avait apportée quand j'ai quitté Lahore, pour protéger Saamiya pendant son voyage.

*
*   *

En arrivant près de mon village, Saamiya a appris que Maati et Bauji étaient morts, mais que la maison restait ouverte à tous.
Là-bas, elle a vu des fillettes s'amusant dans la cour ; et à un moment, elle a entendu quelqu'un appeler : "Zaara ! Oh, Zaara !"
Une femme est arrivée en battant l'air d'une baguette derrière une fillette qui courait. C'était l'école des filles dont Zaara avait posé la première pierre !
En voyant Saamiya étourdie d'étonnement, Zaara lui a demandé qui elle était.


Comme elle n'arrivait pas à répondre, Zaara a appelé : "Shabbo, occupe-toi d'elle !"
Shabbo est arrivée, et Saamiya lui a posé quelques questions : "C'est bien Zaara ? La fille de Jehangir Hayaat Khan de Lahore ?"
Oui, c'était bien elle. Shaboo a alors tout expliqué : "Quand Zaara a appris la mort de Veer dans l'accident de bus, elle a fait annuler le mariage pour obtenir le divorce. Elle est venue ici aider Bauji et Maati, uniquement pour réaliser le rêve de Veer. Raza, lui, est parti à l'étranger, et le père de Zaara a abandonné la politique. Deux ans plus tard, il est mort et son épouse aussi, quelque temps après.


Maati et Bauji aussi nous ont quittés, pourtant Zaara dit qu'elle est ancrée ici, qu'elle restera et mourra ici".
– Quels sacrifices ils ont fait l'un pour l'autre, murmura Saamiya, sont-ils des humains ou des dieux sur terre ?
Puis elle a sorti l'amulette pour aller la montrer à Zaara.
– Mais... elle appartenait à ma mère, comment l'avez-vous vous eue ?


 – Votre mère l'avait donnée à un Indien qui retournait en Inde. Il s'appelait Veer Pratap Singh... et il est en prison à Lahore depuis 22 ans. Je suis ici pour vous emmener à son procès...

*
*   *

– Quand la séance a repris, Saamiya était en retard, et Zakir Ahmed s'agitait déjà pour reporter le procès. Soudain, à la limite de la patience du juge, la porte s'est ouverte sur Saamiya, essoufflée, suivie d'une silhouette hésitante, celle de Zaara, que je n'aurais jamais pensé revoir un jour...

Chanson Tere Liye interprétée par Lata et Roop Kumar Rathod


–  Après avoir étudié les papiers remis par Zaara, le juge a demandé le silence pour rendre son verdict : "Tous les documents apportés par Zaara Hayaat Khan prouvent que cet homme n'est pas Rajesh Rathore, mais Veer Pratap Singh, et qu'il a signé cette déclaration uniquement pour protéger l'honneur d'une Pakistanaise !
Veer Pratap Singh, vous êtes déclaré innocent ; et pour les 22 années que vous avez endurées ici... le Pakistan demande votre pardon. Vous avez peut-être une déclaration à nous faire ?

– J'ai sorti une feuille où j'avais écrit un texte que j'ai lu devant l'audience : "Moi, prisonnier n° 786, je regarde à travers les barreaux de ma cellule et je sens l'odeur des champs de Bauji..., je rencontre un ange qui s'appelle Saamiya, une inconnue qui me traite en ami..., je vois Zaara, qui a quitté son pays pour servir le mien. On dit que nous sommes différents, alors pourquoi se sont-elles battues pour moi, le prisonnier n° 786 ? Une nouvelle vie m'est donnée, je veux la vivre avec Zaara...


Sammiya nous a raccompagnés jusqu'à la frontière du Pakistan et de l'Inde. Nous étions émus tous les trois. Et quand j'ai passé cette ligne qui nous avait fait tant de mal, j'ai touché le sol de mon pays pour la première fois depuis 22 ans, avec Zaara à mes côtés.



Nous sommes partis rejoindre le village de Bauji pour réaliser notre rêve, pendant que Saamiya nous regardait nous éloigner.


FIN

Si vous désirez connaître la traduction (en anglais) des chansons de Veer-Zaara, faites un petit saut chez Bollywhat ? où vous trouverez aussi la traduction du texte que l'on entend au tout début du film, dit par Yash Chopra, le réalisateur.


Vos réactions à cette nouvelle rubrique sont les bienvenues ! (via les commentaires ou via Contact)

6 commentaires:

Lounima a dit…

Pour ma part, j'aime beaucoup cette nouvelle rubrique !! Et votre résumé me donne bien envie de revoir ce film...

Sally-Francois a dit…

J'ai revu le film en le disséquant pour préparer cette rubrique. Je peux vous dire qu'on peut le voir plusieurs fois sans qu'il perde son intérêt (j'en suis à 6 fois depuis 2004). Il est formidablement cinématographié. Je n'ai pas recadré une seule image ! L'équilibre de chaque photo est parfait.

samsarys a dit…

Ce film est une Consécration.
Il est entré dans mon âme et n'est pas prêt d'en sortir. C'est le must des must - Aucun film romantique ne m'a autant transportée.La musique est juste sublime et magique.
YASH CHOPRA peut vraiment être fier de son oeuvre.

tenzin a dit…

ce film à l'air très émouvant et surtout rani je l'adore dans ce film mais le film le plus romantique qui a pue m'émouvoir profondément de bollywood reste DILWALE DULHANIA LE JAYENGE!!!!!!!!!!!!!!!

hays olivier a dit…

ce film si émouvant, qui m"a le plus bouleversé de ma vie ( homme de 68 ans),c'est le Beau , le Pure le vrai Visage de l'Amour, le seul qui vous transfigure,et qui peut détruire toutes ces foutues guerres qui tuent. Des bouffées de merci et de bonheur au Réalisateur plus que remarquable.Je garde précieusement son film qui fait voler mon cœur...J'aimerai lui écrire ,mais où?.............. olivier.

Sally-Francois a dit…

Bonjour Olivier,
Merci pour votre émouvant témoignage, j'aime aussi beaucoup ce film et son message.
Malheureusement, le réalisateur est décédé en 2012. Il s'appelle Yash Chopra et a toujours milité pour un rapprochement entre le Pakistan et l'Inde.
Bien cordialement,
Sally

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...